AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Merci de privilégier les kentavroi, chimaires, satyroi et arpyies.
surprise muthafucka (Andrew)

Le forum est fermé...
merci à tous d'avoir fait partie de l'aventure

Partagez | 
 

 surprise muthafucka (Andrew)

~ LES JOIES DE LA COLOCATION SUR NEIGHBOURDHOOD STRIFES. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

chimaires - membre
avatar
Zara Gallagher
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ :
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 25/12/2015 et j'ai déjà échangé : 35 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : lauw On me dit souvent que je ressemble à : cara delevingne D'ailleurs, mon avatar est de : (c) quiet riot Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt-trois ans et concernant ma vie amoureuse, : je suis seule Actuellement à l'université, j'étudie : la criminologie Pour gagner ma vie, : je profite de l'argent de papa et maman Je vis dans le quartier de : hamilton east

Message
Sujet: surprise muthafucka (Andrew)
Ven 22 Jan - 5:32

Allongée sur ton lit, tu fixes le plafond. Tu observes les changements de couleurs dus aux guirlandes contre les murs, chaque infime détail de la peinture. Si tu baissais un peu les yeux tu pourrais voir le ciel et ses teintes violacées, les lampadaires qui s'allument et les silhouettes des autres bâtiments en face du tien.
La nuit tombe. Le jour se meurt. Toi aussi, un peu. Tu soupires. Quel beau samedi. Tu n'as rien fait. Rien. Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Quelque chose ne va pas. Tu te sens molle. Tu te sens vaine. Toute la journée tu n'avais voulu voir personne. L'idée même de consulter ton téléphone t'avait rendue malade. Ca arrivait, parfois, cette saturation, ce dégoût de ton environnement. Voir toujours les mêmes gens, chaque jour, chaque soir. Tu as besoin de sortir. De te vider. Puis merde, tu n'allais pas non plus passer ta soirée à rien faire, à t'enfoncer un peu plus dans ton apathie !

Malgré cet élan de motivation, il te faut quelques minutes pour enfin réussir à te lever. Esquissant quelques pas, tu te places devant le miroir mural de ta chambre et laisse tomber ton fluffy peignoire à tes pieds. Tes côtes se dévoilent, à fleur de peau. Tu montes sur ta balance, comme inquiète qu'après cette journée de privation quelques grammes se soient ajoutés à ton poids plume. Les chiffres s'affichent. Toujours les mêmes à quelque chose près. Tu lèves les yeux vers ton reflet, observes ton corps d'un œil critique. Encore. Toujours. Après quelques interminables secondes tu te décides enfin à aller prendre une douche pour te délasser. Tu restes un long moment sous le jet brûlant avant d'aller te réfugier dans une épaisse serviette blanche. Best feeling ever.
Il est maintenant temps de te réfléchir à l'activité qui pourrait transformer cette déprimante journée en quelque chose de bien. De correct au moins. Tu te fais une liste mentale de ce que tu pourrais faire tout en démêlant tes cheveux à coups de brosse. Si tu étais un tant soit peu normale, tu pourrais aller manger quelque part. Ce serait sympa. Too bad tu n'as ni faim, ni envie de te retrouver seule à une table. Tu as envie de compagnie, mais pas de celle de tes paires. Tu aimerais voir ton frère. Revoir des gens que tu n'as pas vu depuis longtemps. Changer de cercle.

Tu t'assoies à ta coiffeuse et pose ta tête entre tes mains. C'est à ce moment que ton regard se pose sur un polaroid parmi une dizaine d'autres. Une vieille photo prise à un party plusieurs mois avant. Tu y poses avec deux filles de ta confrérie et un type aux traits fins dont le sourire ferait fondre un igloo en plein hiver. Andrew Osborne. Contrairement à beaucoup qui semblait l'avoir tout simplement oublié, tu regrettais son départ. Tu te souvenais des jours qui s'en étaient suivis. Les nouvelles de sa maladie avait tourné pendant un temps. Mais les moues compatissantes s'étaient vite effacées et les gens étaient passés à autres choses. Toi tu avais gardé le contact, un peu. Mais que dire, tu avais ta vie et lui la sienne.
Un petit sourire nostalgique s'était frayé un chemin sur tes lèvres. Tu savais maintenant ce que tu allais faire ce soir. Un samedi comme celui-ci, il devait sûrement travailler au Galatos, un night club auquel tu étais allée le voir quelques fois depuis son départ.
Décidée, tu t'attelas à la lourde tâche qu'est celle de te rendre présentable voir agréable à regarder. Tu sélectionnas ensuite une tenue et quittas l'appartement avant que la flemme ne te rattrape.

Un peu en avance sur les horaires de clubbing habituelles, tu n'eus pas à patienter bien longtemps à l'entrée, ta robe aidant. Enfin à l'intérieur, tu te dirigeas vers le bar et commandas un gin tonic. Si l'idée t'avait paru excellente et facile à réaliser, la tâche de retrouver ton ami dans la foule se révélait maintenant problématique. Tu pris le parti de rester proche du bar, après tout il allait bien finir par y passer, non?


You can’t wake up, this is not a dream, you're part of a machine, you are not a human being, with your face all made up, living on a screen, low on self esteem, so you run on gasoline
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
NEIGHBOURHOOD STRIFES. :: Hamilton :: Claudelands Boulevard :: Galatos Night Club-
Sauter vers: