AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Merci de privilégier les kentavroi, chimaires, satyroi et arpyies.
And there's no remedy for memory - Andy

Le forum est fermé...
merci à tous d'avoir fait partie de l'aventure

Partagez | 
 

 And there's no remedy for memory - Andy

~ LES JOIES DE LA COLOCATION SUR NEIGHBOURDHOOD STRIFES. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

citizen - this means war
avatar
Andrew Osborne
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ : 3/3
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 10/11/2015 et j'ai déjà échangé : 121 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : anarchy et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : personne d'autre On me dit souvent que je ressemble à : RJ the King D'ailleurs, mon avatar est de : N-Dia Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt trois ans et des poussières et concernant ma vie amoureuse, : en couple sérieux avec le célibat, pas décidé à l'andonner Actuellement à l'université, j'étudie : j'étudie plus rien, les études c'est pour les chiens Pour gagner ma vie, : je n'ai besoin de rien, juste d'un boulot de serveur pour pas crever d'ennui Je vis dans le quartier de : hamilton east


Message
Sujet: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 12:52
andrew
osborne.
nom } Osborne, comme les cabinets d'avocats Osborne. Comme la grosse firme de papa qui suinte plus le vice que le réglo. Osborne comme la famille qui a bien voulu d'un cas pareil dans ses rangs.
prénom } Andrew comme le prénom en vogue à l'époque dans le circuit des enfants orphelins, ou Andy, c'est mieux ça fait moins vieux, ça fait surtout moins con.  
naissance } En 1993 quelque part en Nouvelle-Zélande.
âge } 23 ans et des poussières d’après le dossier.
nationalité } Néo-Zélandais à quelque chose près.
origines } C'est assez flou dans le fond, normal pour un enfant adopté d'avoir des doutes sur ses origines.
orientation } Uniquement un goût prononcé pour la gente féminine et rien de plus.
statut civil } En relation libre avec le célibat depuis... Depuis toujours
études réalisées } Trois années de Maths à bouffer à longueur de temps des chiffres, des formules et tout le tintouin, avec une option de Physique quantique pour aggraver le cas de grosse tête d’intello.
profession }Rien de sérieux, juste un petit emploi de serveur au Galatos pour dire qu’on perd pas son temps dans la vie.
quartier d'habitation } Hamilton East + THIS MEANS WAR.
feat RJ King

anarchy

vingt & un

France Rhône-Alpes

5/7

personnage inventé
LA COHABITATION AVEC LES ETUDIANTS.
Tu as fait parti de ce monde un jour. Toi aussi tu as connu le stress des exam, les bains de foule dans les couloirs de l’université, les confréries, les soirées étudiantes… Dans l’ensemble tu pourrais dire que tu n’as rien contre eux… Mais tu as renoncé à cette ambiance, forcé. Aujourd’hui ça te dégoute de les voir, eux qui ont encore pleinement contrôle sur leurs vies, sur leurs futurs. Les études c’était comme un échappatoire, aujourd’hui ça ne veut plus rien dire. Puis y’a aussi ces semblants d’amis que tu avais, ou encore ta confrérie qui n’a manifesté aucun soutient envers toi, comme si tout ça c’était rien, comme si c’était pas grave. En un instant ils t’ont rayé de leurs vies et toi aussi, moins tu entends parler, mieux tu te porte.
TON PLUS BEAU SOUVENIR D'ETUDIANT.
Toutes ces heures passées à te noyer dans les bouquins pour t’enivrer de connaissances. Perdu dans son monde, pareil à un autiste. Sauf que eux ils n’ont pas le choix, toi tu l’as pris sans demander d’avis. C’était bien de se perdre au milieu des livres, dans les heures de cours, dans les monologue de professeurs sans avoir à se soucier du reste, de ce qui se passera demain, dans un mois, dans dix ans. C’était beau l’époque où tu n’avais pas besoin d’avoir les yeux rivé sur le sablier.
MON ORIENTATION PROFESSIONNELLE.
T'aurais pu décrocher un bon diplôme, trouver une bonne place dans le monde du travail, devenir l’homme parfait qui n’aurait eu que sa volonté pour se féliciter d’avoir réussi dans la vie. T’aurais aussi pu te contenter de marcher sur les traces de ton père, sans lever le petit doigt, tout avoir sans n’y être pour rien. Malheureusement pour toi, il en est autrement. Un petit boulot décroché comme serveur, histoire de combler l’ennui, de ne pas rester inactif, de voir du monde, de sortir de la torpeur qu’engendre la maladie. C’est pas glorieux, mais c’est déjà mieux que rien.
SI JE DEVAIS CHANGER QUELQUE CHOSE...
Peut-être tout, peut-être rien. C’était sans doute écrit là haut, ça devait passer comme ça. Avoir un semblant de chance pour le début de ta vie, le voir s’envoler en fumé en un éclaire. Tu changerais probablement ce jour où le verdict est tombé, quand t’as appris que t’étais condamné. On devrait pas avoir peur de la fin en étant aussi jeune.
Par le passé t’étais plutôt du genre réservé, mais ton comportement a évolué avec la maladie. T’as un besoin inconditionnel de te raccrocher a quelque chose et surtout quelqu’un. Même si ce n’est que des petites rencontres sans importances, tu fais tout pour t’approprier au mieux ces instants. Cependant, t’as tu mal à faire confiance aux gens, tu gardes toujours a l’esprit que l’âme humaine n’est pas parfaite. C’est une façon de te préserver des coups durs que les gens peuvent faire.En générale, on pourrait dire que tu as un blocage avec la gente féminine, les psy parlent souvent d’un traumatisme lié à l’enfance. Toi tu penses seulement que les femmes sont une grosse énigme et que s’y attacher détruit plus que ne construit. Cependant, ça ne t’empêche d’avoir un gros tableau de chasse du côté des filles.Tu rejettes sans précédent le monde dans le quel tu as grandis. Tu n’as rien avoir avec ces types qui exposent au grand jour la fortune de papa. T’es peut-être un gosse de riche, mais ça ne se voit pas sur toi. T’es une grosse tête. Plus jeune, l’école était le seul moyen pour toi d’avoir un semblant de vie normale, d’être un peu comme les autres enfants, un prétexte évident pour oublier tout le reste. Les études et l’espoir d’une bonne situation pour l’avenir, c’était ta seule garantie pour t’affranchir de l’héritage familiale et c'est la seule chose que tu te dois.Tu souffres d’une espèce de trouble identitaire lié au fait que tu ne saches pas vraiment d’où tu viens et donc qui tu es. Jongler entre différentes familles n’a pas vraiment aidé de ce côté et même si les Osborne ont tout pour être la famille idéale, ce n’est pas toi et tu le sais.A cause de cette effroyable sentiment qui te pèse à longueur de temps, tu te sens obligé de courir après quelque chose, une quête que tu sais être incapable à terminer. Comme si toute ta vie il te faudrait ramasser des morceaux de toi au quatre coins du monde. Il te manque un truc pour être enfin complet, mais tu ne sais pas quoi.Il y a quelque mois, tu as appris que tu souffrais d’une insuffisance rénale et que sans une greffe ton propre corps va finir par te tuer. C’est un peu comme une bombe a retardement pour toi et malheureusement tu ne peux pas la contrôler.Depuis la découverte de la maladie qui te ronge, tu as un besoin inconditionnel de repousser tes limites. C’est une façon pour toi de repousser la fin. Tu n’hésites pas à te mettre en situation délicate, c’est aussi un moyen pour toi de contester la vie que t’ont ouvert tes parents adoptifs. Cependant tu te ressaisis toujours avant de passer à l’action.Bien que cela puisse paraître étrange, tu ressemble beaucoup à ta mère adoptive, les gens ont même du mal à croire que tu ne sois pas vraiment son fils. T’as toujours été persuadé que c’est la raison pour la quelle ils t-ont choisi toi et pas un autre, pour éviter de trop entacher l’image de la famille parfaite. Bien que tu sois quand même plus scientifique dans le fond, t’es un véritable amateur de littérature et tout ce qui est prétexte à appendre. Cette impression d’être vide à l’intérieur de toi, tu la comble en passant tes journées le nez dans des bouquins en tous genre. Le côté science, c’est uniquement parce que plus petit tu croyais être la réincarnation d’Einstein. Tu as abandonné tes études à cause de ta maladie. Ce n’est pas une décision qui a été trop difficile malgré tout. Depuis, tu as du temps pour profiter de la vie, faire des choses que tu n’avais jamais faite avant.


Et si les choses avaient été faite autrement ? Et si pour toi l’histoire avait commencé différemment ? Et si… Toujours des « si », mais rien ne change. On ne peut refaire le monde, on peut seulement le penser autrement. - « Andrew, je te présente ta nouvelle famille d’accueil » Elle a un doux sourire quand elle dit ça et pourtant ça sonne mal. C’est parce qu’elle a ajouté « d’accueil » au lieu de s’abstenir et de le garder pour elle. L’enthousiasme qu’elle affiche avec autant de facilité te dégoute, t’aimerais le feindre autant qu’elle, mais ça ne veut pas sortir. Tu le sens au plus profond de toi, tu le sais comme si c’était écrit sur leurs visage. Tout ça, ça sent le provisoire. Comme à chaque fois tu vas t’installer, tu vas recommencer à faire ton nid, recommencer à rêver, recommencer à vivre, recommencer à espérer. Seulement, un jour on te ramènera ici, pour une raison ou une autre. Ils trouvent toujours des raisons, personnelles ou qui te visent directement, comme si t’étais assez stupide pour ne pas comprendre que tu es tout simplement de trop. Il faut dire aussi que tu n’as jamais fait d’effort pour que ça fonctionne, c’est plus fort que toi. « Tu verras mon petit tu seras bien chez nous » Machinalement t’as envie de répondre que t’es pas petit, que la vie ici a déjà fait de toi un grand, mais tu fais que te renfrogner gentiment sans broncher. Ça grosse rolex au poignet force le respect, comme son sourire plein d’assurance et son allure d’homme respectable, mais l’envers du décor est bien moins joli et ça t’as eu largement le temps de l’apprendre. C’est toujours mieux qu’une pauvre junkie de mère qui laisse son gosse livré à lui même pour aller chercher ses doses. C’est toujours mieux qu’un père incapable d’assumer ses responsabilités. C’est toujours mieux que rien.

Ils ont fait de toi l’enfant chéri, même si t’avais déjà quatorze ans quand tu as rejoint la famille. Aujourd’hui encore tu restes persuadé que ton adoption avait pour seul prétexte de parfaire l’image de la famille parfaite, comme on prend un petit chien, ou on achète de nouveaux accessoires tendances pour la maison. Il y avait une dizaine de gosses comme toi, à espérer le saint graal, beaucoup plus jeunes, beaucoup plus parfait. Ils ne demandaient que ça et pourtant c’est tombé sur toi. Parce que tu causais pas trop, parce que t’étais du genre tranquille et pas prise de tête. « Andrew ! Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu peux pas t’empêcher de… » Elle a renoncé à la fin de sa phrase, comme elle a renoncé à comprendre ton comportement. Ses traits sont tirés, son visage est creusé, elle a beaucoup changée depuis ton arrivée. T’as jamais eu l’occasion de t’excuser, parce qu’après tout ce n’était par leur faute, c’était plus facile de leur faire croire le contraire. Avec le temps tu as quand même fini par calmer tes ardeurs, trop juste pour leur faire payer ce dont ils n’étaient pas responsables, les vrais coupables c’est ceux qui t’ont donné la vie, pas ceux qui ont essayé de l’embellir.


Nous devions nous aimer, c'était écrit là-haut. Les âmes soeurs finissent par se trouver quand elles savent s'attendre. - « Jamie-Lynn je te présente Andrew. Andrew voici Jamie-Lynn, la fille de Mrs. Duvauchelle notre voisine. Vous avez presque le même âge je suis sûr que vous vous entendrez à merveilles. » Jamie… Jamie c’est la vie. Le rayon de soleil trop bavard, trop curieux, trop jovial, trop attachante, mais qui sonne aussi comme le pire cauchemar. C’est elle qui t’a donné la force de rester, de ne pas tout foutre en l’air pour un sale caprice de gosse inadapté. Tu pouvais pas renoncer à voir son sourire débarquer de temps en temps, à te faire dévorer par sa curiosité débordante, ni t’empêcher  à essayer de comprendre qu’elles blessures elle pouvait bien cacher derrière son doux visage. Parce que Jamie elle avait rien avoir avec les autres gosses, elle voyais pas seulement ce que tu étais, mais qui tu étais. Jamie c'est ce petit morceau de vie qu'il manquait, c'était ce pilier solide dont tu avais besoin. Ça s’est fait naturellement, plus qu’avec les autres. Sans se forcer, sans se poser de question, sans se prendre la tête. Elle est devenu à ce point importante à tes yeux, que l’idée même de la perdre en devenait insupportable. Pourtant, comme avec tous les autres, t'as pas toujours été tendre, mais elle n'a jamais renoncé à toi, comme si c'était la seule au monde en mesure de comprendre ce que tu pouvais ressentir, à tel point que rien ne l'aurait détourné de toi. De vous et de votre histoire.

Une histoire plutôt bien commencée, écrit maladroitement à l’encre sur des pages encore humides de larmes, au rythme de cœurs fébriles. Ça aurait pu être ainsi pour toujours, jusqu’à la fin de votre vie, mais elle a flanché et toi aussi, même si tu l’as jamais avoué contrairement à elle. « Tu sais…J’ai longtemps espéré que tu me vois comme les autres filles. J’en avais assez d’être pour toi Jamie, l’amie d’enfance. Je voulais plus. Je voulais que tu me traites comme les autres filles. J’avais envie que tu me veuilles comme les autres filles. Je voulais juste, une chance. C’est tout. » T’es resté sans voix, horrifié, au bord du gouffre. Au fond de toi, t’avais envie de lui hurler qu’elle se trompait sur toute la ligne, que tu n’avais rien avoir avec le type qu’elle était entrain d’imaginer. T’avais envie de lui dire que tout ce qu’elle pouvait éprouver te bouffait l’âme depuis des années. Malheureusement tout ça est resté coincé au plus profond de toi. Ça devait pas se passer comme ça, pas avec elle. Les autres n’avaient aucune valeur, pas comme Jamie. Vous n’auriez jamais dû passer le cap, ou du moins être sur le point de le passer. T’avais beau être au fond du trou ce soir là, un éclair de lucidité a éclairé ton esprit pour te montrer comment les choses seraient si vous tentiez de prendre ce chemin là. A quoi bon risquer de perdre la personne qui compte le plus pour toi en essayant de voir plus loin ? Elle ne l’a jamais compris, parce que tu n’as jamais été capable de lui dire les choses, trop peureux pour l’affronter T’as seulement eu la force de la couvrir d’excuses qui n’avaient pas vraiment de sens, d’ailleurs elle n’en a pas vraiment pris compte, comme si elle savait, comme si elle le sentait et dans ta volonté à tout faire pour la préserver, pour vous préservé... Tu l'as perdu petit à petit, malgré toi.


Il a quand même fallu avancer, avec ou sans elle, avec ou sans tes parents. L’université c’était la clé, s’assurer de ne plus dépendre d’eux, de faire de nouvelles rencontres, même si ça reste toujours difficile. S’assurer de ne vivre et d’avancer que pour toi. Elle est toujours là quelque part à occuper ta tête, pourtant elle est plus loin qu’elle ne l’a jamais été. T’as comblé le vide avec tes cours, pour te persuader qu’il y avait toujours mieux à faire que de te morfondre pour la voir éloignée de toi. C’étais également un moyen pour toi de faire plaisir à ton paternel en jouant les fils parfaits, sans toutes fois marcher sur ses traces d’avocat véreux. C'était un peu comme un nouveau départ, encore assez flou, abstrait, obscure, et pourtant quelque part l'avenir sonnait un peu mieux à tes oreilles que tout ce que tu avais entendu jusque là, ou presque... Presque, parce que la vie ne s’écoule malheureusement pas toujours comme elle le devrait. Y’a des mauvaises nouvelles qui tombent, comme ça sans prévenir. Des fatalités qui s’imposent à nous pour nous détruire. « Je suis désolé pour vous… Les examens ont montrés que vous souffrez d’une insuffisance rénale importante… Sans des soins importants et une possible greffe… Vous ne survivrez pas. » Ta gorge s’est nouée. Ton cerveau a cessé de fonctionner. Le sol s’est écroulé sous tes pieds. Dans tout ça, impossible de savoir quel était le pire. De savoir que tes jours pouvaient être comptés ? De savoir que les séjours à l’hôpital deviendraient récurrents ? De savoir que l’espoir d’une greffe était quasi impossible ? Pour un enfant adopté, il est impossible d’espérer que les parents adoptants soient compatibles et ça n’a malheureusement pas loupé. Dans ce cas, c’est peut-être cet effroyable sentiment de se sentir seul au monde qui ravage tout. Personne à qui en parler, personne à qui demander de l’aide. Même les monologues réconfortants de tes parents ne suffisent pas. On ne trouvera pas de solution, on n’arrangera pas les choses. C’est pas aussi facile de réparer sa bagnole, encore moins facile de réparer une amitié brisée, encore moins que de retrouver quelque chose qu’on a perdu. C’est simplement irréparable.

La maladie met des œillères sur les yeux, des bouchons dans les oreilles. Ça transforme du jour au lendemain un bon vivant en mort vivant. « Mon chéri, on a pensé que tu devrais faire des recherches pour savoir d’où tu viens… Qui sait, peut-être que tes parents biologiques pourraient te venir en aide ? » Elle a lâché ça le plus simplement du monde, comme si elle t’avais conseillé d’aller chercher chez le voisin la chose qui te manquait tant. Comme si c’était aussi évident. Tes parents biologiques ? Si ils ont participé à ta création, ils n’ont pas assumé le reste, pourquoi te viendraient-ils en aide aujourd’hui ? Non, t’as secoué la tête à la négative, ne préférant même pas envisager la chose et elle se doutait que tu réagirais comme ça. Elle a quitté la pièce en déposant devant toi un dossier. Le dossier. Celui où tout était inscrit, tout, même ce que tu ne voulais jamais savoir. D’où tu venais, qui ils étaient, pourquoi ils t’ont abandonné. En un instant toutes les questions qui t’ont rongés pendant tant d’années ont trouvé réponse. Pourtant, tu aurais mieux aimé qu’il en soit autrement. En un instant tu as compris que tu n’aurais pu espérer meilleur mère que celle qui a bien voulu de toi comme fils. Elle a ouvert les portes de l’espoir, fait ralentir le sablier de ta vie qui s’écoulait à vitesse grand V.  Parce que dans ce dossier il n’y avait pas que du mauvais. T’es pas fils unique comme tu l’as toujours pensé, quelque part dans cette ville il y a une fille comme toi, avec le même passé, les mêmes traits. Une sœur jumelle qui comme toi ne savais sans doute pas. C’est peut-être la solution, pour se reconstruire, pour espérer avoir un avenir. Pour l'instant ce n'est qu'un nom sur un bout de papier, mais c'est aussi une future personne à rencontrer.


Aujourd’hui c’est une nouvelle vie qui commence. Aujourd’hui tout est à refaire, tout est à découvrir. Malgré l’angoisse, malgré la terreur, tu te laisses pas abattre. Tu fonces tête baissée pour essayer de trouver cette unique personne qui peut t’aider aujourd’hui. Tu fonces tête baissée pour enfin vivre cette vie que tu as trop longtemps laissé de côté. Y’a le travail qui occupe ton temps à la place de l’université, y’a les séjours à l’hôpital aussi qui te rappellent trop souvent que ce n’est pas fini. Mais surtout, surtout il y a l’espoir au quel tu ne renonces pas. Tous les matins quand tu ouvres les yeux, c'est un peu comme une petite victoire qui te rapproche un peu plus de la fin du cauchemar.  
(c) NEIGHBOURHOOD STRIFES. TOUTES REPRODUCTIONS INTERDITES.


Pour partir, coeurs légers
Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, le cœur gros de rancune et de désirs amers, et nous allons, suivant le rythme de la lame, berçant notre infini sur le fini des mers. @cbeaudelaire ≈ l'appel du large©️ alaska.  



Dernière édition par Andrew Osborne le Dim 17 Jan - 17:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

citizen - let me in
avatar
Adalynn Matthews
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 12/11/2015 et j'ai déjà échangé : 760 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : LittleAngel (Angélina) et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : Aucun On me dit souvent que je ressemble à : Scarlett Johansson D'ailleurs, mon avatar est de : liloo59 & Fuck Yeah Dernièrement, j'ai fêté mes : Mes vingt-huit ans. J'ai d'ailleurs encore du mal à accepter la trentaine qui approche, tout comme les rides qui arrivent également. Ainsi qu'être seule encore sans enfants etc... Heureusement les amis(es) et le boulot sont là ! et concernant ma vie amoureuse, : Je suis célibataire, mes histoires avec les hommes ou femmes sont bien souvent infructueuses Actuellement à l'université, j'étudie : Plus rien, j'y enseigne. Les études c'est finis pour moi depuis un moment, même si on apprend toujours tout au long de sa vie Pour gagner ma vie, : Je suis professeur en arts appliqués (option métiers d'art) mais également poseuse pour des jeunes peintres ou dessinateurs qui sont dans le club d'art ou ailleurs ! Je vis dans le quartier de : Claudelands boulevard #10
Colin & Ashley ♦️ lovely family ♥️
Charlie ♦️my best friend, my life ♥️




Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 15:01
Re bienvenue avec ce tout nouveau personnage
Revenir en haut Aller en bas

citizen - this means war
avatar
Andrew Osborne
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ : 3/3
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 10/11/2015 et j'ai déjà échangé : 121 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : anarchy et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : personne d'autre On me dit souvent que je ressemble à : RJ the King D'ailleurs, mon avatar est de : N-Dia Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt trois ans et des poussières et concernant ma vie amoureuse, : en couple sérieux avec le célibat, pas décidé à l'andonner Actuellement à l'université, j'étudie : j'étudie plus rien, les études c'est pour les chiens Pour gagner ma vie, : je n'ai besoin de rien, juste d'un boulot de serveur pour pas crever d'ennui Je vis dans le quartier de : hamilton east


Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 15:19
Merci Adalynn


Pour partir, coeurs légers
Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, le cœur gros de rancune et de désirs amers, et nous allons, suivant le rythme de la lame, berçant notre infini sur le fini des mers. @cbeaudelaire ≈ l'appel du large©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

student
avatar
Reed Rosenwald
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 07/01/2016 et j'ai déjà échangé : 26 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : Queenette (le retour!) On me dit souvent que je ressemble à : Cailin Russo D'ailleurs, mon avatar est de : effet mer. Dernièrement, j'ai fêté mes : 22 ans. et concernant ma vie amoureuse, : je suis une célibataire endurcie et assumée. Actuellement à l'université, j'étudie : les sciences médicales, spécialisée pédiatrie Pour gagner ma vie, : je garde des enfants, je sers dans un bar, je livre des pizzas, et je fais toutes autres sortes de petits jobs pour gagner de l'argent. Je vis dans le quartier de : Te rapa et arrêtez les clichés, à part quelques voitures qui brûlent, rien à signaler.

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 15:44




C'est tout ce que j'avais à dire.



Revenir en haut Aller en bas

sfinga - membre
avatar
Alice Spiegelman
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 11/10/2015 et j'ai déjà échangé : 825 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : hygge, et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : ashley et zach. On me dit souvent que je ressemble à : lily collins, les supers sourcils. D'ailleurs, mon avatar est de : milkovich. Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt-trois ans, et concernant ma vie amoureuse, : je suis accrochée à un fantôme du passé. Actuellement à l'université, j'étudie : les sciences physiques parce que les molécules c'est ma passion. Pour gagner ma vie, : je valse entre les tables de la brasserie the corner. Je vis dans le quartier de : claudelands.

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 15:49
j'espère que ton personnage t'inspirera d'avantage mon chou



clique si tu veux voir des bgs
Revenir en haut Aller en bas

citizen - this means war
avatar
Andrew Osborne
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ : 3/3
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 10/11/2015 et j'ai déjà échangé : 121 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : anarchy et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : personne d'autre On me dit souvent que je ressemble à : RJ the King D'ailleurs, mon avatar est de : N-Dia Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt trois ans et des poussières et concernant ma vie amoureuse, : en couple sérieux avec le célibat, pas décidé à l'andonner Actuellement à l'université, j'étudie : j'étudie plus rien, les études c'est pour les chiens Pour gagner ma vie, : je n'ai besoin de rien, juste d'un boulot de serveur pour pas crever d'ennui Je vis dans le quartier de : hamilton east


Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:02
Reed : Faut calmer tes ardeurs ma belle  

Alice : Merci à toi, y'a aucun doute là dessus, ça ne sera que mieux


Pour partir, coeurs légers
Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, le cœur gros de rancune et de désirs amers, et nous allons, suivant le rythme de la lame, berçant notre infini sur le fini des mers. @cbeaudelaire ≈ l'appel du large©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

sfinga - membre
avatar
Alice Spiegelman
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 11/10/2015 et j'ai déjà échangé : 825 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : hygge, et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : ashley et zach. On me dit souvent que je ressemble à : lily collins, les supers sourcils. D'ailleurs, mon avatar est de : milkovich. Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt-trois ans, et concernant ma vie amoureuse, : je suis accrochée à un fantôme du passé. Actuellement à l'université, j'étudie : les sciences physiques parce que les molécules c'est ma passion. Pour gagner ma vie, : je valse entre les tables de la brasserie the corner. Je vis dans le quartier de : claudelands.

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:03
super d'ailleurs je viendrais squatter ta nouvelle fiche de liens



clique si tu veux voir des bgs
Revenir en haut Aller en bas

citizen - this means war
avatar
Andrew Osborne
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ : 3/3
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 10/11/2015 et j'ai déjà échangé : 121 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : anarchy et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : personne d'autre On me dit souvent que je ressemble à : RJ the King D'ailleurs, mon avatar est de : N-Dia Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt trois ans et des poussières et concernant ma vie amoureuse, : en couple sérieux avec le célibat, pas décidé à l'andonner Actuellement à l'université, j'étudie : j'étudie plus rien, les études c'est pour les chiens Pour gagner ma vie, : je n'ai besoin de rien, juste d'un boulot de serveur pour pas crever d'ennui Je vis dans le quartier de : hamilton east


Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:05
Tu est la bienvenue, avec plaisir


Pour partir, coeurs légers
Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, le cœur gros de rancune et de désirs amers, et nous allons, suivant le rythme de la lame, berçant notre infini sur le fini des mers. @cbeaudelaire ≈ l'appel du large©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

citizen - let me in
avatar
Luke Davis
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ :
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 19/08/2015 et j'ai déjà échangé : 525 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : captain. (cécile) et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : Millie Steadworthy, et Juniper Keynes. On me dit souvent que je ressemble à : Chris Hemsworth. D'ailleurs, mon avatar est de : hepburns. Dernièrement, j'ai fêté mes : 32 ans et concernant ma vie amoureuse, : je suis célibataire, mais j'aurais juste à piocher dans mon bol à numéros pour me trouver quelqu'un. Pour gagner ma vie, : je soûle les Hamiltoniens au Luxury, oubliez-pas les pourboires. Je vis dans le quartier de : Claudelands, j'habite au-dessus de mon bar.


Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:12
BIENVENUE A LA MAISON
J'allais dire "bonne rédaction" mais c'est déjà fini


+my hopeless opus+
Revenir en haut Aller en bas

citizen - this means war
avatar
Andrew Osborne
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ : 3/3
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 10/11/2015 et j'ai déjà échangé : 121 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : anarchy et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : personne d'autre On me dit souvent que je ressemble à : RJ the King D'ailleurs, mon avatar est de : N-Dia Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt trois ans et des poussières et concernant ma vie amoureuse, : en couple sérieux avec le célibat, pas décidé à l'andonner Actuellement à l'université, j'étudie : j'étudie plus rien, les études c'est pour les chiens Pour gagner ma vie, : je n'ai besoin de rien, juste d'un boulot de serveur pour pas crever d'ennui Je vis dans le quartier de : hamilton east


Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:14
J'avoue j'ai triché, j'avais commencé un peu avant d'avoir la confirmation
Merci à toiiiiiii


Pour partir, coeurs légers
Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, le cœur gros de rancune et de désirs amers, et nous allons, suivant le rythme de la lame, berçant notre infini sur le fini des mers. @cbeaudelaire ≈ l'appel du large©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

bobina the queen
avatar
Bobina Mars
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 13/08/2015 et j'ai déjà échangé : 479 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : bobina mars aka aphrodite. On me dit souvent que je ressemble à : rebel wilson. D'ailleurs, mon avatar est de : cranberry.

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:48
officiellement
bienvenue !
WESH WESH DUDE ! Tu as enfin passé la terrible épreuve de la fiche de présentation et tu n'es pas mort ! Bordel c'est surprenant ça ! Mais naan, j'ai toujours eu foi en toi ! Oui bon allez, en tant que célèbre Bobina Mars, je me dois de t'aiguiller rapidement pour que tu puisses faire une entrée fabuleuse dans la vie active. Parce que oui, à un moment il va falloir que tu travailles ! BREF, il y a un certain nombre de petites choses que tu devrais faire et autres sujets auxquels tu devrais jeter un petit coup d'oeil ! Tu trouveras tous les liens utiles sur ta gauche. Oui vas y, tu peux déplacer tes yeux à gauche. Encore un peu.. LA, BOUGE PLUS. T'as vu, je suis gentille ? Je vais donc te laisser tranquillement zieuter tout ceci. Mais ne t'en fais pas, love, tu me croiseras bien assez vite dans la ville ! ~ Bobina Mars.
Revenir en haut Aller en bas

student
avatar
Reed Rosenwald
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 07/01/2016 et j'ai déjà échangé : 26 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : Queenette (le retour!) On me dit souvent que je ressemble à : Cailin Russo D'ailleurs, mon avatar est de : effet mer. Dernièrement, j'ai fêté mes : 22 ans. et concernant ma vie amoureuse, : je suis une célibataire endurcie et assumée. Actuellement à l'université, j'étudie : les sciences médicales, spécialisée pédiatrie Pour gagner ma vie, : je garde des enfants, je sers dans un bar, je livre des pizzas, et je fais toutes autres sortes de petits jobs pour gagner de l'argent. Je vis dans le quartier de : Te rapa et arrêtez les clichés, à part quelques voitures qui brûlent, rien à signaler.

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Dim 17 Jan - 17:49


Tu préfères ça avoue


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
my notebook

Message
Sujet: Re: And there's no remedy for memory - Andy
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
NEIGHBOURHOOD STRIFES. :: Personnage :: The story begins :: 
Welcome to Waikato
-
Sauter vers: