AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Merci de privilégier les kentavroi, chimaires, satyroi et arpyies.
eye of the tiger ft millie

Le forum est fermé...
merci à tous d'avoir fait partie de l'aventure

Partagez | 
 

 eye of the tiger ft millie

~ LES JOIES DE LA COLOCATION SUR NEIGHBOURDHOOD STRIFES. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

satyroi - membre
avatar
Daria Steinfeld
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 08/11/2015 et j'ai déjà échangé : 104 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : . On me dit souvent que je ressemble à : chloë grace moretz. D'ailleurs, mon avatar est de : sweet nothing. Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt et un an, donc techniquement il me reste encore une bonne soixantaine d'années avant de crever. cool. et concernant ma vie amoureuse, : vous savez je me comble moi-même, j'veux dire, je suis belle, intelligente, et... d'accord, je suis seule, et désespérée de l'être, voilà. Actuellement à l'université, j'étudie : dans une filière lettres (spécialisation), langues, et philosophie. Pour gagner ma vie, : je suis serveuse au starbucks du coin. Je vis dans le quartier de : te rapa, dans un appart avec trois glands.

Message
Sujet: eye of the tiger ft millie
Lun 21 Déc - 20:36
J'emmerde les connasses qui bouffent de la merde pour garder leur taille de moucheron constipé. J'emmerde les connasses qui te dévisage de ta tête crevée à tes pieds glissés dans des chaussons qui te font probablement ressembler à un membre d'une tribu inuit. Moi j'avais juste envie de faire du pop-corn devant un film de Noël, mais y avait plus de pop-corn. D'habitude c'est le maniaque qui s'en charge, et qui part gentiment m'en acheter à l'épicerie du coin quand on est en rade à l'appart. En fait il n'a pas tellement le choix je crois. Mhm, vraiment un type bien. Bref, ce soir il n'était pas là, tout comme les deux autres glands de la coloc. Ils font une tournée des bars entre mecs. Le génie était même de sortie, incroyable. J'avais bien envie de venir avec eux, j'ai même fait un numéro de jonglage histoire de les convaincre que j'avais une certaine utilité dans ce groupe. Ben apparemment je vais devoir passer au niveau supérieur la prochaine fois : je vise le trapèze. Ouais c'est parfait ça ! Ma mamie m'avait emmené voir un numéro quand j'avais sept ans, c'était merveilleux. Facilement impressionable la gamine. Passons, tout cela nous amène à cet instant précis où je suis dehors sous la lumière lunaire en sweat quatre fois trop grand, mon sac à dos contenant mon précieux paquet de grains de maïs à la main (quelle utilité d'avoir un sac à dos me diriez-vous ? honnêtement, je ne sais pas), les pieds dans mes fabuleux chaussons poilus. Et je les vois. Une ligne de créatures qui avancent d'un pas confiant, les cheveux brillants volant au vent. Des prototypes aux jambes interminables, aux corps parfaitement sculptés recouverts d'une robe étincelante de soirée. Je sors mentalement de mon propre corps, et visionne ma personne bouche bée, les sourcils froncés. J'ai l'air d'une clocharde, c'est clair. Les créatures me dépassent, un rictus au coin de leurs lèvres, les yeux moqueurs. La plus grande jette sa chevelure en arrière et murmure quelques mots que je peine à entendre : quel déchet. Je me retourne immédiatement vers elle. PARDON ? "Oh pitié... tu crois que c'est ce genre de truc qui m'atteint ? J'vais même pas verser une larme, connasse. Et puis sérieusement, ça te dérange pas d'être un pauvre cliché des années 90 ? Grande, maigre à crever, blonde et aussi ahurie que José. José c'est mon poisson, c'est pas une flèche, mais lui a au moins le mérite d'être gentil." Je pars sans attendre, les mains tremblantes, le pas furieux. J'emmerde les connasses putain.

Ma respiration s'est apaisée, ma colère s'évacue progressivement après avoir lu une dizaine de citations positives. Je suis calme, je suis d'un calme olympien et-... OH MON DIEU. J'ai entendu un bruit, juste derrière moi. Je m'arrête pour tendre l'oreille, le cerveau tente de me persuader de fuir en me rappelant toutes les histoires atroces de meurtres que j'ai vus dans une émission d'enquêtes hier soir, mais que voulez-vous, faut croire que j'ai un instinct de survie aussi développé que celui d'une marmotte. Des pas se rapprochent, et à en juger par les battements de mon cœur qui tambourinent dans ma poitrine et qui se répandent partout dans mon corps, j'imagine que je suis dans un état de panique extrême. Une ombre titube vers moi, mais je suis déjà prête pour le combat. Mon spray au poivre en main (finalement ma tarée de maman avait peut-être raison de me le donner), j'appuie sur le bouton. Mesdames et Messieurs, la marmotte devient tigresse.


i'm not a girl, i'm a storm with skin.
La vie est une machine à explorer notre insensibilité. C'est toujours étrange de se dire que l'on peut continuer à avancer, même amputés de nos amours. Les jours nouveaux arrivaient, et je leur disais bonjour.
Revenir en haut Aller en bas

sfinga - direction
avatar
Millie Steadworthy
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ :
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 16/08/2015 et j'ai déjà échangé : 298 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : captain. (Cécile) et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : tonton Luke, et la douce Juniper. On me dit souvent que je ressemble à : Maia Mitchell D'ailleurs, mon avatar est de : castaway. Dernièrement, j'ai fêté mes : 22 ans et concernant ma vie amoureuse, : j'ai le cœur brisé. Actuellement à l'université, j'étudie : l'art (peinture), en deuxième année de postgraduate. Je vis dans le quartier de : Claudelands, chez les Sfinga, avec Chelsea et Alice.




Message
Sujet: Re: eye of the tiger ft millie
Mar 22 Déc - 16:43
La soirée a été courte, pour Millie. Du moins, du peu qu'elle s'en rappelle. En fait, elle se souvient juste d'avoir passé la porte de la maison immense où était organisée la fête, et puis qu'on l'a invitée à avaler une série de shots de tequila. Mauvaise idée. Mais Millie, elle ne dit jamais non à l'alcool. Et elle ne dit jamais non à un défi. Alors elle ne pouvait pas refuser un défi qui incluait de l'alcool. Et c'est après le cinquième petit verre, que ça devient flou. Il lui semble avoir dansé. Peut-être même qu'elle était montée sur une table. Ou alors, c'était juste dans ses rêves. Parce que oui, elle avait toujours rêvé de se la jouer danseuse pro sur le bar. Quoi qu'il en soit, elle n'a plus eu aucune notion de temps jusqu'à ce qu'elle se retrouve à marcher dans la rue. Pour rentrer chez elle ? Elle le suppose. Elle a sur le dos un sweat à capuche bien trop grand qui appartient sans doute à quelqu'un dont elle a déjà oublié non seulement le nom, mais aussi le visage. Capuche sur la tête, elle a même envie de rire tant l'alcool lui est monté au cerveau. Peut-être qu'il a grillé ses neurones, même ? Elle lâche un petit rire, titubant sur ses talons. Et puis elle entend des voix, au loin. Des rires de pimbêches, et une voix qu'elle semble reconnaître. Mais impossible de mettre un nom ou un visage sur cette voix suraïgue qui s'énerve. Elle s'approche alors, histoire de tendre l'oreille et d'écouter le sujet de dispute. Parce que Millie, elle est déjà bien curieuse sans avoir bu, et l'alcool ne fait qu'amplifier chaque trait de sa personnalité. Et puis, elle la voit. Cette bande de déesses aux jambes interminables, qui ne manqueraient pas de rire de l'état de Millie. Elle baisse la tête, et le groupe passe près d'elle non sans quelques rires mal placés. - Bande de pétasses. Millie grommelle dans sa capuche, et s'arrête pour poser ses chaussures. Elle marche sur le bitume froid, les pieds gelés et la silhouette cachée par le sweatshirt noir immense.
Elle s'arrête un instant, fronce les sourcils et regarde autour d'elle. - Putain. Elle n'a aucune idée d'où elle est, à ce moment-même. Elle se retourne, et se rend compte qu'en plus de ne pas savoir où elle va, elle ne sait même pas d'où elle vient. Elle lâche quelques insultes dans le vide, et continue de marcher. Puis elle aperçoit une silhouette, quelques mètres devant. Oh merveille. Seule âme qui vive dans ce quartier qui craint. Elle accélère le pas, la respiration saccadée, pour rattraper la jeune fille. Elle a la sensation que son jean est trop serré et qu'elle va perdre ses jambes en même temps que ses pieds, mais elle a bon espoir de retrouver le chemin de la maison Sfinga. Si du moins, elle peut la rejoindre à pied. La petite blonde s'arrête, et Millie en profite pour accélérer le pas. Elle arrive derrière elle, et son seul espoir aux cheveux blonds se retourne vivement. - DariaAAAAAAAAAAAAAAAH. Elle est aveugle, elle ne voit plus rien. Elle porte ses mains à ses yeux, ça brûle, ça fait mal. - PUTAIN DE MERDE. Elle est aveugle, c'en est fini de sa carrière de peintre. Sa presque belle-sœur l'a rendue aveugle. Elle saute partout, frottant ses yeux. Elle essaie de les ouvrir, mais elle la brûlure l'oblige à les refermer aussitôt. - JE SUIS AVEUGLE. Elle s'égosille au milieu du trottoir, sa voix déformée par la panique. Elle sait encore moins où elle se trouve, maintenant qu'elle a perdu la vue.


a million words
I'm not fine at all ✻ Now I'm half a world away from you, but you always on my mind. Theres a million words that I could’ve said and you might still be mine. And if theres someone where I used to be, I hope she tells you everyday with a million words that I could’ve said, wish I could tell you always.


Dernière édition par Millie Steadworthy le Mer 30 Déc - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

satyroi - membre
avatar
Daria Steinfeld
my notebook
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 08/11/2015 et j'ai déjà échangé : 104 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : . On me dit souvent que je ressemble à : chloë grace moretz. D'ailleurs, mon avatar est de : sweet nothing. Dernièrement, j'ai fêté mes : vingt et un an, donc techniquement il me reste encore une bonne soixantaine d'années avant de crever. cool. et concernant ma vie amoureuse, : vous savez je me comble moi-même, j'veux dire, je suis belle, intelligente, et... d'accord, je suis seule, et désespérée de l'être, voilà. Actuellement à l'université, j'étudie : dans une filière lettres (spécialisation), langues, et philosophie. Pour gagner ma vie, : je suis serveuse au starbucks du coin. Je vis dans le quartier de : te rapa, dans un appart avec trois glands.

Message
Sujet: Re: eye of the tiger ft millie
Mer 23 Déc - 0:05
Il vient de hurler mon nom. Ou plutôt elle. Mon agresseuse connaît mon nom, tout comme je connais le sien. "PUTAIN DE MERDE. JE SUIS AVEUGLE." Millie. J'ai d'abord cru qu'elle était une énième conquête de Zach quand je les ai vus ensemble à plusieurs reprises, en train de discuter dans les couloirs ou bien au réfectoire. J'avais tort, une fois de plus, j'imaginais les choses telles qu'elles me semblaient être les plus logiques dans ma tête. Mais sachez qu'il ne faut jamais, jamais écouter ma tête : c'est un sac de nœuds, pire que les fils de mes écouteurs et pourtant croyez-moi, c'est un vrai casse-tête à démêler qui me prend parfois une heure entière. Là aussi, je pensais être victime d'un psychopathe qui étudiait mon mode de vie, prêt à me suivre dans la pénombre de la nuit, mais ce n'est que Millie. Millie la soeur de Zach. Zach mon meilleur ami donc conclusion suite aux tragiques événements de ma misérable vie : je suis une cruche paranoïaque (un bel assemblage dites-moi) et je viens de rendre aveugle la sœur de mon meilleur ami. Ma foi, une merveilleuse soirée en perspective.

Je secoue la tête, une sorte de geste désespéré pour revenir à la réalité. Millie s'agite, gémit et saute comme une possédée, digne de L'Exorciste. Peu importe toutes les citations positives que j'ai pu lire, ma respiration recommence à s'emballer, et je crains sincèrement que cette soirée n'entraîne un AVC de mon côté. J'attrape l'épaule de mon agresseuse-qui-ne-l'est-plus, et enlève brutalement sa capuche. "Millie ! Bordel de merde... Oh mon Dieu, c'était bien toi !" Ma remarque est si stupide que je regrette presque qu'elle soit dans l'incapacité de me foutre une droite. Je grommelle à voix basse : "Ouais, évidemment que c'est toi... J'ai cru que t'étais un violeur ou un autre taré qui traînait dans le quartier, t'sais ici c'est pas vraiment l'endroit le plus sûr et-... Oh chiotte, mais qu'est-ce que je raconte ? Faut qu'on te rince les yeux, merde putain, j'ai pas envie que tu deviennes aveugle, et j'pense que toi non plus d'ailleurs. LA POLICE VITE, QUELQU'UN ! Mince mais non bordel je suis l'agresseur !" Je secoue Millie comme un pommier et gémis, paniquée. "Qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'on fait putain ? Je suis une criminelle, oh seigneur, j'ai tué quelqu'un..." O.K. Respire Daria. Inspire, expire. Je prends une grande goulée d'air et ferme quelques secondes les yeux. Essaye de te rappeler de tes cours de sauvetage. Tu l'as eu ton diplôme saperlipopette ! Y avait bien cette fille qui est tombé sur un cas d'une personne qui avait du piment dans les yeux, mais moi j'avais juste quelqu'un qui venait de faire un malaise suite à une trop forte exposition au soleil. En ce moment y a ni soleil, ni malaise. Les gars : c'est la merde. Je t'en supplie le cerveau, pour une fois fonctionne normalement, fais ton job mon gros ! La voix de l'entraîneur résonne dans mon crâne. La pire réaction est celle de la panique. Ne pas frotter la plaie ou la zone atteinte. Génie, éclair, lumière foudroyante c'est ça ! "Arrête d'y toucher, c'est probablement atroce, mais ça ne fait qu'empirer les choses. Je crois. Peu importe, tu dois me faire confiance, viens !" Je l'attrape par le bras, et la tire jusqu'à la tanière, où je lui rince consciencieusement les yeux. Bien, bien Daria, tu t'en tires pas si mal pour l'instant. Je guide Millie jusqu'au canapé en lui tenant le bras comme on le ferait pour une grand-mère invalide. Il reste une chose qui devrait faire passer la douleur. "Attend-moi ici, je vais chercher le ventilateur." Oui, le ventilateur.


i'm not a girl, i'm a storm with skin.
La vie est une machine à explorer notre insensibilité. C'est toujours étrange de se dire que l'on peut continuer à avancer, même amputés de nos amours. Les jours nouveaux arrivaient, et je leur disais bonjour.
Revenir en haut Aller en bas

sfinga - direction
avatar
Millie Steadworthy
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ :
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 16/08/2015 et j'ai déjà échangé : 298 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : captain. (Cécile) et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : tonton Luke, et la douce Juniper. On me dit souvent que je ressemble à : Maia Mitchell D'ailleurs, mon avatar est de : castaway. Dernièrement, j'ai fêté mes : 22 ans et concernant ma vie amoureuse, : j'ai le cœur brisé. Actuellement à l'université, j'étudie : l'art (peinture), en deuxième année de postgraduate. Je vis dans le quartier de : Claudelands, chez les Sfinga, avec Chelsea et Alice.




Message
Sujet: Re: eye of the tiger ft millie
Mer 30 Déc - 14:17
Ça brûle. Ça brûle, ça pique, et elle ne voit rien. Millie ne sait pas si ça réaction est amplifiée par l'alcool, ou si elle est vraiment devenue aveugle. Déjà qu'elle ne voyait pas très net avant d'être attaquée au poivre. Une réaction tout à fait compréhensible, quand une personne cachée sous un sweatshirt vous interpelle au milieu de la nuit d'une voix qui déraille. Non, vraiment, elle n'en aurait pas voulu à Daria si elle ne lui avait pas brûlé la cornée. Elle crie et elle bondit comme un cabri attaqué par les puces, se frottant les yeux alors que son cerveau lui hurle que c'est la dernière des choses à faire. Elle se plie en deux, essaie de reprendre son calme, du moins intérieurement, parce qu'à l'extérieur, elle est toujours entrain de se tordre dans tous les sens. Elle se tourne vers Daria (du moins elle essaie, parce qu'elle ne voit rien et l'alcool a brouillé ses capacités d'orientation), et crie : - Moi non plus je veux pas être aveugle, bon dieu, ma vie est finie. Elle tend les bras dans le vide, tâtant de ses mains pour trouver son agresseur, qui l'attrape pour la secouer. - Qu'est-ce qu'on fait ? Qu'est-ce qu'on fait putain ? Je suis une criminelle, oh seigneur, j'ai tué quelqu'un... Millie grimace, son cerveau cogne dans son crâne à mesure que Daria la secoue, et gémit : - Qu'est-ce qu'on fait, je sais pas, je sais pas moi, c'est toi qui te trimballes avec un spray au poivre ! Elle serre les paupières, essayant tant bien que mal de suivre son conseil, parce qu'elle sait que c'est le meilleur conseil qu'elle puisse lui donner.
Elle sent qu'elle est tirée par le bras, et trébuche. - Attends, attends, tu "crois" ? Bon sang, si Daria n'est même pas sûre de savoir ce qu'elle fait, Millie est dans la merde. Elle se laisse guider vers… Elle ne sait pas, en fait, mais elle se laisse guider, parce que bien qu'elle n'aie pas tellement envie de faire confiance à Daria, qui n'a pas l'air très sûre d'elle, c'est toujours mieux que de rester sur le trottoir. Elle se prend les pieds dans ce qu'elle devine être des marches, et grommelle, mais Daria continue de la traîner derrière elle. Et en quelques minutes, elle se retrouve assise sur un tabouret, la meilleure amie de son frère qui lui nettoie les yeux. - JE VOIS LA LUMIERE. Elle en pleurerait de joie. Elle n'a jamais été aussi heureuse de voir des bulles de couleurs. Daria la guide jusqu'au canapé, et Millie avance à moitié pliée, tâtonnant dans le vide comme si elle marchait dans le noir. C'est presque ça, en fait. Sauf que là, elle peut pas appuyer sur l'interrupteur pour allumer la lumière. - Attend-moi ici, je vais chercher le ventilateur. Elle s'assoit (ou plutôt se fait asseoir) sur le canapé, et lâche un petit rire. Elle risque pas d'aller ailleurs, sauf si elle tient à se cogner le petit orteil dans un coin de meuble ou se prendre les pieds dans le tapis, ou autre de ces fâcheux mouvements auxquels elle était bien assez habituée. - D'acc-attends quoi ? Qu'est-ce que tu veux faire avec un ventila… Elle est stoppée par le violent courant d'air qui s'écrase sur son visage et qui la fait serrer les paupières. - BORDEL ! Millie met ses mains devant son visage, les cheveux qui s'emmêlent. - Baisse, baisse ! Elle n'a jamais vu (ou plutôt senti) un ventilateur aussi puissant, cela dit. Elle entend Daria appuyer sur tous les boutons, et sent l'air diminuer, jusqu'à devenir une petite brise fraîche, puis s'arrêter. - Non ! Attends attends ! Je crois que… Elle hésite une seconde, parce qu'elle ne croit pas qu'elle va le dire mais… - ça fonctionne… Elle essaie d'ouvrir les yeux, et arrive à distinguer les meubles, entre l'espace de quelques millimètres de ses paupières. Et puis, elle se tourne vers ce qu'elle devine être Daria, et demande. - Alors, c'est comment ? Elle s'imagine bien qu'entre le rouge de l'irritation, les larmes qui ont séché et le noir de son mascara qui a coulé, si Daria lui dit qu'elle a de beaux yeux, ça sera le plus gros mensonge de la semaine.


a million words
I'm not fine at all ✻ Now I'm half a world away from you, but you always on my mind. Theres a million words that I could’ve said and you might still be mine. And if theres someone where I used to be, I hope she tells you everyday with a million words that I could’ve said, wish I could tell you always.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
my notebook

Message
Sujet: Re: eye of the tiger ft millie
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
NEIGHBOURHOOD STRIFES. :: Hamilton :: Te Rapa District :: Habitations Te Rapa-
Sauter vers: