AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Merci de privilégier les kentavroi, chimaires, satyroi et arpyies.
millie ☆ but at least we stole the show

Le forum est fermé...
merci à tous d'avoir fait partie de l'aventure

Partagez | 
 

 millie ☆ but at least we stole the show

~ LES JOIES DE LA COLOCATION SUR NEIGHBOURDHOOD STRIFES. ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

sfinga - direction
avatar
Millie Steadworthy
my notebook

Feuille de personnage
DISPONIBILITÉ :
INFOS PERSO :
RELATIONSHIP :
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis à Hamilton depuis le : 16/08/2015 et j'ai déjà échangé : 298 sms. Sur le web, on me connaît sous le pseudo de : captain. (Cécile) et j'avoue, je suis schizophrène car je joue : tonton Luke, et la douce Juniper. On me dit souvent que je ressemble à : Maia Mitchell D'ailleurs, mon avatar est de : castaway. Dernièrement, j'ai fêté mes : 22 ans et concernant ma vie amoureuse, : j'ai le cœur brisé. Actuellement à l'université, j'étudie : l'art (peinture), en deuxième année de postgraduate. Je vis dans le quartier de : Claudelands, chez les Sfinga, avec Chelsea et Alice.




Message
Sujet: millie ☆ but at least we stole the show
Sam 7 Nov - 16:12
millie
steadworthy.
nom } Steadworthy.
prénom } Milicent.
naissance } 22 octobre à Hamilton.
âge } 23 ans.
nationalité } néo-zélandaise.
origines } néo-zélandaises, anglaises de loin.
orientation } hétérosexuelle.
statut civil } abandonnée, le cœur brisée. et elle ne peut s'en prendre qu'à elle-même.
filière et année } elle étudie la peinture, c'est sa cinquième année.
option(s) } astronomie, et littérature classique.
profession } elle voudrait devenir peintre, c'est aussi simple que ça.
feat maia mitchell

captain. (cécile)

19 ans

limousin

7/7j

personnage inventé
la cohabitation avec les habitants.
Vivre avec les habitants, c'est pas toujours facile. Mais la plupart du temps, ça se passe bien. Certains sont plus tolérants que d'autres, c'est certain. Mais Millie, elle aime bien quand même cette présence, ceux qui ont dépassé la trentaine mais qui se rappellent avec nostalgie leurs années étudiantes, et essaient de s'incruster dans les soirées. Ça la fait rire. Les autres, ceux qui appellent les flics, ou viennent jusque dans la maison couper la musique, elle ne les supporte pas vraiment. Surtout quand elle a bu.
IMPLICATION DANS LA VIE UNIVERSITAIRE.
Millie et les Sfinga, c'est une histoire de famille. Sa mère en était une, alors elle se devait de suivre son chemin. Mais elle aime sa confrérie, elle aime ses frères et sœurs, elle aime s'impliquer. Pour les cours, c'est pareil. Elle aime apprendre, elle passe beaucoup de temps à étudier. La peinture, c'est sa plus grande passion, l'amour de sa vie, alors avoir l'opportunité d'apprendre avec des professionnels, c'est un rêve qu'elle n'aurait jamais pensé réaliser.
MON ORIENTATION PROFESSIONNELLE.
Quand elle était enfant, Millie observait le ciel, s'émerveillait devant les couleurs des couchers de soleil. Alors très vite, elle a imaginé le ciel comme un tableau géant, sur lequel le soleil peignait chaque jours différemment. Et c'est ce qu'elle veut faire de sa vie. Peindre.
SI JE DEVAIS CHANGER QUELQUE CHOSE...
Elle voudrait que Jared revienne. Rien de plus, rien de moins. Lui dire à quel point elle est désolée. A quel point elle a été stupide, égoïste. A quel point elle se sent seule, maintenant qu'il n'est pas là. Mais elle ne sait pas, elle ne sait pas si un jour, il reviendra. Et même si c'était le cas, elle n'était pas sûre qu'il lui pardonne. Et ça la bouffe, à l'intérieur.
PARTIE FACULTATIVE } Millie, c'est la gosse de riche pas typique. La fille à papa à double tranchant. On la pense studieuse, sérieuse, calme et posée. C'est ce qu'elle est, mais pas que. Son père est propriétaire du centre-commercial de la ville. Sa mère, elle, est médecin généraliste. Elle aime faire la fête. Elle aime jouer à la rebelle, boire et se rendre compte qu'il fait déjà jour en sortant de la boîte de nuit. Elle sait comment mettre à égalité ses études et sa vie sociale. C'est une maniaque de l'organisation, elle veut tout contrôler. Elle dort beaucoup. Elle est totalement accro au thé, comme certains le sont avec le café. Elle n'est pas sûre que ce soit mieux, d'ailleurs. Elle ne fait pas deux fois la même erreur. Non, elle la fait sept ou huit fois, avant que ça rentre. Elle est trop sensible, aussi. Tout la touche, même ce qui ne la concerne pas. La peinture, c'est tout ce qu'elle a. Depuis que Jared est parti, rares sont les choses qui la rendent encore réellement heureuse. Elle s'apprête à exposer ses premiers tableaux, une série de couchers de soleil, dans la galerie d'art de la ville. Elle s'émerveille sans cesse devant la beauté du monde qui l'entoure. Certains trouvent ça naïf, elle non. Elle se ronge les ongles depuis le départ de Jared. Elle est allergique au lactose et aux arachides. Elle adore pâtisser, ça lui rappelle son enfance, lorsqu'elle préparait le dessert le dimanche avec sa grand-mère. Elle a un grand-frère, auquel elle ne cesse de se comparer et d'être comparée. Lui qui a tout réussi dans sa vie. Elle a aussi un petit frère, plus jeune de deux ans, avec qui elle est très proche. Elle adore avoir des responsabilités, même si c'est stressant et compliqué à gérer. Elle aime les challenge. Et quand on lui lance un défi, elle ne refuse jamais. Sous aucun prétexte. Elle se fait appeler Millie par tout le monde. Sauf Jared, qui a toujours insisté pour l'appeler Milicent. Elle adore les chien, notamment les Terre-Neuve. Elle a toujours voulu en avoir un.

☆☆☆

Millie laisse échapper un rire enfantin, de ceux qui font plisser les yeux et sourire les adultes. Elle a sept ans. Son frère, Zach, en a cinq, et elle se fait toujours une joie de jouer avec lui. Surtout si cela inclut du maquillage. Elle admire son œuvre d'un œil expert. Les joues roses, les lèvres rouges, et ce bleu sur les yeux. Parfait. - Ok à ton tour maintenant. Elle pousse la pile de fards, de mascara et de rouges de sa mère vers le petit Zach. Enfermés dans la salle de bain, ils rient aux éclats. - Zach ! Tu m'as mis le pinceau dans l’œil ! Et puis elle entend la voix de James, derrière la porte. - Ouvrez ! Qu'est-ce que vous faites ? Alors Millie fait les gros yeux. Les yeux immenses des enfants pris la main dans le sac. - Oh oh. Elle se lève, entre-ouvre la porte lentement. James a douze ans. Le plus âgé, et le plus sage. Il écarquille les yeux à la vue du maquillage de sa sœur, puis son regard dévie vers son frère. Et il tente par tous les moyens de ne pas rire, mais c'est trop tard.

☆☆☆

- Elle va entamer des études de droit, l'an prochain, n'est-ce pas, Millie ? La jeune fille sourit poliment, nerveuse de part tous ces regards autour de la table, tournés vers elle. Non, Papa. Je ne veux pas devenir une grande avocate. Mais elle n'ose rien dire, elle a peur de décevoir celui qu'elle identifie comme un modèle. Son père qui a gravit chaque échelon de carrière, et qui a terminé propriétaire et directeur du centre commercial d'Hamilton. Mais Millie, ce qu'elle veut, c'est peindre. Elle regarde James, qui lui lance un sourire qui se veut rassurant. Tu trouveras le bon moment pour le lui dire, lui avait-il promis quelques jours auparavant. Mais depuis, Millie ne cesse de repousser le moment en question. James lui, est en passe de devenir médecin. Et au regard de ses parents, elle sait qu'il en a fait la fierté. La vie dont ils rêvent pour lui. Une carrière noble, une fiancée de même statut social, il a tout ce qui qualifie un enfant Steadworthy aux yeux des parents. Et Millie, elle se demande comment elle pourrait être capable de briser cette illusion parfaite.

☆☆☆

- Maman, s'il te plaît, arrête. Millie lève les yeux aux ciel, un sourire collé au visage. Sa mère s'acharne sur chaque poussière qui se pose sur les épaules de sa fille, dans des gestes marqués par un mélange d'angoisse et d'excitation. - Oh lala, ma fille va devenir une Sfinga. Millie la fixe, d'un regard emplit de tellement d'émotions différentes qu'il est incapable d'en identifier une seule. - Pleure pas, Maman. S'il te plaît. Trop tard. Elle voit les larmes qui font briller les yeux noirs de sa mère. Ces yeux dont elle a hérité. - Non non non, surtout pleure pas. Maman ! Pleure pas. Elle se met à rire. Elle vit la scène typique, celle que l'on voit dans les films. - Oh, mon bébé rentre à l'université. Madame Steadworthy attrape sa fille et la serre contre elle. - Argh, tu m'étouffes. Peu importe, sa mère semble ailleurs, emportée par le flot de ses émotions. - Je suis fière de toi, mon cœur. Et ton père l'est aussi. Millie se dégage, baisse les yeux et laisse échapper un sourire en coin, un sourire nerveux. - Papa voulait que je devienne avocate. Sa mère la regarde, et sourit à son tour. - Oui. Mais la peinture, c'est ce que tu veux faire. Et ça, il a fini par l'accepter. Même s'il n'ose pas le dire. Elle lui lance un clin d’œil complice, et laisse Millie devant le bâtiment immense de l'université de Waikato.

☆☆☆

Elle joue avec son gobelet vide, appuyée contre le comptoir de la cuisine. Une soirée improvisée au dernier moment, qui a vite pris beaucoup d'ampleur. Elle regarde son ami s'éloigner, et Jared s'approcher. Elle sourit, et lui aussi. - Alors comme ça, t'es une gosse de riche ? Touchée. Elle l'a mal pris, évidemment. Elle se donne beaucoup de mal pour ne pas être le cliché de la fille à papa. Mais elle a conscience qu'elle en est une. Elle lève un sourcil, et se mord l'intérieur de la joue. - Sympa, comme approche. Il lâche un petit rire et s'appuie contre le meuble, à ses côtés. Il enfonce ses mains dans ses poches, et reste un moment silencieux à fixer la foule de jeunes qui rient et boivent à n'en plus pouvoir. - Son père à elle, commence-t-il en désignant d'un mouvement de tête une petite blonde, il est PDG d'une grande entreprise de téléphonie. Il prend un accent exagérément bourgeois, et continue, - Le genre d'entreprise qu'il a monté tout seul, à force de persévérance et de talent. Millie pouffa, le nez dans son verre. - Sérieusement ? Il lui jette un coup d’œil espiègle. - Allez, ça crève les yeux. Elle hausse les épaules, puis fait mine d'entrer dans son jeu, et montre discrètement du doigt un brun au brushing parfaitement réalisé, qui tient son gobelet rouge comme un verre en cristal. - Et lui, alors ? Il la fixe avec étonnement, surpris qu'elle se prenne au jeu si facilement. - Ok, alors lui, sa mère était une divorcée qui galérait à élever ses gosses, et s'est remariée avec un vieux plein aux as. Du coup, le pauvre gosse fait tout pour attirer l'attention de sa Maman. Elle reste silencieuse un instant. - Ouais, en fait, c'est mon frère. Jared se raidit, les yeux grands ouverts, puis la fixe. - Oh, je… - Mais non, je plaisante. Il respire, soulagé de ne pas avoir fait la plus grosse bourde de la soirée. Et Millie est prise d'un fou rire incontrôlable en voyant l'expression du jeune homme. Elle redevient sérieuse, et le fixe d'un regard plein de sous-entendus. - Alors comme ça, on assume pas trop ce qu'on dit ? Il lève les yeux au ciel, et elle sourit de plus belle. Il fait signe à quelqu'un, et concentre à nouveau son attention sur Millie. - Jared. Il lui tend une main polie. - Milicent, mais je préfère Millie. Il se penche à son oreille, et chuchote. - Je suis pas du genre à me plier aux caprices d'une fille à papa, Milicent. Et il lui offre son plus beau sourire espiègle, charmeur, fier. Et c'est là qu'elle est tombée amoureuse.

☆☆☆

- Assieds-toi, ma chérie, ton père et moi voulons te parler. Millie s'assoit, face à ses parents, sourcils froncés. Elle a peur de ce qu'ils vont dire, et les scénarios les plus improbables lui traversent l'esprit en une demi-seconde. - Qu'est-ce qu'il se passe ? Sa mère pose sa main sur son genou, lance un sourire mi-désolé, mi-encourageant, ce qui ne fait qu'agrandir l'incompréhension de Millie. - Eh bien, comme tu le sais, ton père est une grande figure de cette ville. Froncement de sourcils, regard questionneur. - Oui, et ? Sa mère prend une grande inspiration, mais son père la coupe. - Nous voudrions que tu sortes avec quelqu'un de ton rang. Quelqu'un qui représente la grandeur de cette famille. Millie éclate de rire, mais en voyant le regard de sa mère, elle sait qu'ils ne rient pas, eux. - Quoi ? Mais, j'ai un petit-ami, je vous rappelle. - Jared est très gentil mais… Millie se lève d'un seul coup, et toise ses parents avec tout le mépris dont elle peut faire preuve. - Mais quoi ? Ses parents sont pas milliardaires ? Elle ne les laisse même pas ouvrir la bouche, et continue. - Vous avez pas le droit de le dégager de ma vie, sous prétexte qu'il est pas « de notre rang ». Et alors qu'elle a tourné les talons, main sur la poignée, son père l'interpelle. - Milicent. N'oublie pas que sans nous, tu n'es rien. Et que si je ne l'avais pas accepté autrement, tu serais entrain d'étudier le droit. Et après une hésitation, Millie quitte la pièce, le cœur battant.

☆☆☆

La jeune femme s'assoit sur le canapé, près de Jared. La musique dans le salon est tellement forte que tout le monde doit hurler pour s'entendre parler. Elle pose son verre sur la table, et sa tête sur l'épaule de son petit-ami. Lui, il attrape sa main, et entremêle leurs doigts. - Tu veux que je te ramène ? Lui chuchote-t-il à l'oreille. Elle secoue la tête. Non, elle ne veut pas rentrer. Elle ne veut pas voir ses parents, elle ne veut pas affronter le regard déçu de son père. Elle approche son visage du sien, nez contre nez, elle peut voir l'immensité du bleu de ces yeux. Oh, elle pourrait s'y perdre. Et lui sourit, caresse sa joue de son pouce, et embrasse le bout de son nez. - Je t'aime, Milicent. Elle sourit, et enfoui son visage dans le creux de son cou. - Moi aussi, je t'aime. Elle n'est pas sûre qu'il l'ait entendue, mais peut-être l'a-t-elle dit seulement pour elle-même. Elle l'aime oui. Elle l'aime de toute son âme. Mais les mots de son père n'arrêtent pas de tourner dans son crâne. Et plus elle s'obstine à les oublier, plus elle y pense.

☆☆☆


- Ça va, je dérange pas trop ? Millie sursaute, et s'éloigne rapidement de Logan. Jared est à quelques mètres, les traits déformés par le dégoût et la colère. Il tourne les talons, et Millie doit courir pour le rattraper. - Jared ! Attends, s'il te plaît ! Il ne se retourne que lorsqu'elle attrape son bras, et l'y oblige. - C'est pas… C'est pas ce que tu crois. Il lâche un rire machinal, sans joie. - Mais bien sûr. Je t'écoute, alors. Explique-moi, pourquoi t'étais à deux doigts d'embrasser ce putain de mec, devant chez toi ? Les mots se bousculent dans sa tête, les explications fusent, mais rien n'atteint ses lèvres, et elle reste silencieuse. - C'est bien ce que je pensais. Elle tente de parler, mais elle ne peut pas. Elle a honte, trop honte. Un bête rendez-vous arrangé, seulement pour faire plaisir à ses parents. Honte d'avoir accepté, et encore plus honte de ne lui avoir rien dit. - Je suis pas assez bien, c'est ça ? Il te fallait quelqu'un de ton rang, n'est-ce pas ? Elle se sent humiliée, par elle-même, par la décision qu'elle a pris. Honte de s'être pliée à la volonté de ses parents sans même en débattre autant qu'elle aurait dû le faire. Elle le fixe sans un mot, les larmes aux yeux. Incapable de dire quoi que ce soit, trop effrayée de dire la vérité, et trop effrayée de ne rien dire du tout. Alors, il reste là à la dévisager pendant des secondes qui paraissent être des heures, tandis qu'elle, elle bataille mentalement pour trouver les mots. Et elle a envie de lui hurler qu'elle l'aime et qu'elle a fait une erreur et que ce n'est pas ce qu'il croit. Et lui, il conclut d'une voix pleine de mépris : - Je me suis bien trompé sur toi, Milicent. 

(c) NEIGHBOURHOOD STRIFES. TOUTES REPRODUCTIONS INTERDITES.


a million words
I'm not fine at all ✻ Now I'm half a world away from you, but you always on my mind. Theres a million words that I could’ve said and you might still be mine. And if theres someone where I used to be, I hope she tells you everyday with a million words that I could’ve said, wish I could tell you always.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
NEIGHBOURHOOD STRIFES. :: Personnage :: The story begins :: 
Welcome to Waikato
-
Sauter vers: